Matière grise

Entre occupation et désertion, lecture de territoires où l'on s'installe pour vivre, toujours prêt à décamper dans l'urgence, espaces clos ou bandes de terres, vestiges de pierre, cabanons de chantier, locales techniques défoncés, baraque de tôles, bâtiments dévastés ... autant d'abris constitutifs des bidonvilles contemporains cycliquement occupés et transformés en lieu de vie.

Les mots plaqués témoignent des vestiges, traces et reliques de cette occupation inhumaine qui abîme le corps autant que l'âme et plonge celui qui la vit dans une sorte de monde parallèle, illustrant ce grand paradoxe de nos sociétés que représentent  les différents "mondes" qui vivent côte à côte sans jamais se côtoyer.

 

 

1/21